Aérodrome de Saint-HubertHistorique Historique Historique Historique

Historique

  • Début des années 1930 - un champ d’aviation est créé sur le plateau surplombant Saint-Hubert.
  • Décembre 1933 - suite à la signature d’un bail emphytéotique avec la Ville, M. Orta (capitaine de l'armée belge, aviateur et directeur de l'aérodrome) établit sur le site une école d’aviation et des ateliers d’où sortiront « Le Saint-Hubert », un avion de 135 ch volant à 248 km/h et un avion d’observation, « Le Renard ».
  • 1946 - M. Orta cède le bail emphytéotique et la gestion de l'aérodrome de Saint-Hubert à l'État belge. La Régie des Voies Aériennes (RVA), suite à sa création, reprend en 1948 les obligations de l’État belge.
  • 1958 - l’aéro-club des Ardennes est fondé, le premier à pratiquer le planeur au départ de l’aérodrome.
  • 1960 - le Centre National de Vol à Voile (CNVV) quitte l'aérodrome de Temploux (Namur) pour venir s’établir à Saint-Hubert.
  • Août 1992 - tous les biens, droits et obligations de la RVA sont régionalisés. Le Ministère de l’Équipement et des Transports (aujourd’hui Service Public de Wallonie) assume les fonctions d’exploitation et de commandement aéronautique du site.
    Les missions relatives à la sécurité de l’espace aérien belge, prises en charge initialement par la RVA, sont restées du ressort du niveau fédéral : c’est ainsi que Belgocontrol continue aujourd’hui à gérer différentes installations à Saint-Hubert (centres d’émission et de réception, gonio...).
  • 2003 - le Gouvernement wallon confie la gestion des infrastructures des trois aérodromes publics : Saint-Hubert, Spa-La Sauvenière et Cerfontaine à la Société wallonne des aéroports SA (en abrégé SOWAER).
  • 2004 - la SOWAER crée une filiale spécialisée : la SA Société de gestion de l’aérodrome de Saint-Hubert. Son rôle : exploiter le site et assurer son développement commercial et touristique.
    Le Service public de Wallonie a continué à assurer le commandement, la gestion aéronautique et l’entretien du site, dans le cadre d’un protocole d’accord avec la société de gestion.
  • Printemps 2009 - IDELUX décide de reprendre l’aérodrome, compte tenu de l’intérêt de l’outil pour le développement du territoire provincial.
  • Decembre 2013 – Suite au mécontentement et à l’opposition des utilisateurs au projet, IDELUX jette l’éponge et se retire de la gestion de l’aérodrome.
  • 2014 – La commune de Saint-Hubert, la SOWAER et les utilisateurs s’associent sous la forme d’une société coopérative pour reprendre la gestion de l’aérodrome avec un projet plus réaliste et mieux adapté aux caractéristiques du site.